Allaitement

Physiologie :

Le lait est sécrété en permanence par les assini. Le stockage varie en fonction des femmes, et c’est le tissu glandulaire qui définit la capacité de stockage.

Lors de la tétée, si le bébé pince le téton, il bloque les canaux lactifères et empêche l’éjection du lait.

C’est l’éjection du placenta qui permet la sécrétion de la prolactine (car l’œstrogène et la progestérone la bloque). Deux hormones entrent en jeux dans l’allaitement :

  • La prolactine : elle permet la sécrétion du lait
  • L’ocytocine : elle permet l’éjection du lait

Certaines pilules micro dosées peuvent avoir un effet sur la production de lait, en la diminuant légèrement.

Hormones Facteurs stimulants Facteurs inhibant
Prolactine Succion du bébé

Tétées fréquentes

Tirer les seins en même temps

Intervalles trop longs entre deux tétées ou expression de lait.

Succion inefficace, téterelle inadaptée.

Contraceptif orale

Pathologies endocriniennes

Ocytocine Contact avec le bébé

Chaleur, massages

Fatigue

Stress, douleur

Tabac, alcool, opiacés

Le lait maternel :

Le lait maternel est parfaitement adapté aux besoins du bébé, et est facile à digérer. Il est propre, à bonne température. Sa saveur et son odeur varie en fonction de l’alimentation. Il contient des facteurs favorisant l’immunité (immunoglobulines), et prévient l’entérocolite ulcéro-nécrosante.

Avec la sécrétion d’ocytocine, il favorise l’attachement maman-enfant.

L’allaitement diminue les fausses routes et améliore la stabilité de l’enfant (bradycardie, desat etc.). Il prévient également l’obésité, puisqu’un enfant allaité ne peut pas être sur alimenté : lorsqu’il n’a plus faim, il peut continuer à loler mais il n’aura plus de succion -> le lait ne coule plus. Par opposition avec le biberon ou dès que le bébé lole, le lait coule.

Le lait maternel a 4 stades possibles :

  • Lait pré-natal et colostrum
  • Lait de transition
  • Lait mature
  • Lait pré-terme

La composition du lait maternel varie très peu. Il n’y a donc pas de problème à donner à un enfant de 3 mois du lait tiré a un mois de vie pour autant qu’il a bien été conservé. Il contient :

  • De l’eau
  • Des glucides
  • Des lipides
  • Des protéines
  • Des vitamines
  • Des minéraux
  • Des hormones
  • Des enzymes
  • Des facteurs immunitaires
  • Des facteurs de croissance

Stimulation et allaitement :

Après la naissance, si l’enfant ne peut pas téter, il faut absolument tirer le lait dans les 1ères 6heures. Ensuite, l’idéal est de conserver une stimulation des deux seins en même temps toutes les 3heures. On peut privilégier l’expression manuelle, ou la mode de stimulation du tire-lait. Il faut tirer 10min les premiers jours, puis 15 à 20min les suivant, tant que le lait coule.

L’association tire-lait + expression manuelle offre de bons résultats pour la production du lait.

Avec le tire lait, il y a une phase de stimulation, suivie d’une phase d’expression Au début de l’allaitement, on va plutôt faire de la stimulation. Dès que le lait sort, on passe à l’expression. La durée des deux phases s’adapte. Si la production de lait est insuffisante, on demande à la maman de tirer encore le lait pendant 2 minutes une fois que le lait ne coule plus (ou on peut lui conseiller d’utiliser l’expression manuelle !).

Lorsque la production du lait est bien lancée, on peut dire à la maman d’avoir un intervalle de maximum 6h la nuit pour avoir des nuits plus longues.

Lors d’un engorgement (chaleur, œdème, induration, fièvre modérée), on conseil à la maman de tirer le lait dès que le sein est tendu (toutes les deux à trois heures). On masse le sein et on applique de la chaleur avant et pendant la tété. A la fin, on peut éventuellement appliquer du froid. Si le canal lactifère est bouché, il faut masser le mamelon avant l’expression.

Si la production de lait diminue, il vaut mieux tirer plus souvent et moins longtemps. L’association tire-lait + expression manuelle donnent de bons résultats. Si possible, éviter des facteurs de stress et de fatigue, trouver un moyen de se détendre. Le bébé peut être mis en peau à peau et en succion non nutritive. La maman doit tenir un journal d’expression (heures, + quantité de lait obtenue par sein). Certains aliments soutiennent la lactation : tisanes de galega, chardon-marie, fenouil, cumin, cannelle, fenugrec, malt, légumineuses, fruits oléagineux, figues, raisins, céréales complètes.

Téterelles :

La taille de téterelle doit être adaptée au mamelon. Si elle est trop petite, le mamelon ne bouge pas librement dans la téterelle, les canaux lactifères sont comprimés. Trop grandes, la téterelle n’est pas hermétique, ou une trop grande partie de l’auréole s’étire dans l’embout.

Les téterelles à l’hôpital s’utilisent 24h ou 8*/j. Pour les téterelles personnelles à domicile, durant l’hospitalisation, on doit demander aux mamans de les stériliser pars chaque utilisation. Car on vise une bonne hygiène hospitalière, et le fabriquant recommande de le faire 1*/j seulement.

L’allaitement chez le prématuré :

L’allaitement au sein n’est pas plus fatiguant que le biberon pour le bébé. Mais il exige un bon tonus de la part de celui-ci, Le biberon, qui délivre parfois un débit trop important, implique des bradycardies et désaturation, et l’enfant se retrouve épuisé à la fin du biberon, même s’il a bu plus.

Le prématuré a un éveil insuffisant, est plus fatigable. Il manque de tonus (dos et tête), a une faiblesse de succion, une aversion orale. Ce sont ces éléments qui rendent l’allaitement difficile. Mais au sien, leurs coordinations est meilleure, et les apnée brady-desat sont moins nombreuses !

Il convient de les soutenir en proposant rapidement des succions non nutritives au sein. Même chez les enfants de <33sa, s’il est stable et qu’il tolère bien les changements de position, bien éveillés dans les bras de la maman, on peut proposer une succion non nutritive. Si la maman a trop de lait et qu’on a peur de l’alimenter (risque de fausse route), on peut proposer à la maman de tirer son lait avant. Il n’y a aucune restriction pour l’enfant, du moment qu’il est stable et qu’il montre des signes comme quoi il veut téter.

Lors des alimentation active, les temps d’éveil chez les prématurés sont courts. Les soins doivent être rapides et peu nombreux avant une tété. Parfois, l’enfant prématuré ne se réveil pas avant les repas, il faut alors le stimuler gentiment avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code