Dexmedetomidine

Classe :

Sédatif alpha2-agoniste

Actions :

  • La dexmedetomidine est un agoniste du récepteur alpha-2. Les effets sympatholytiques importants sont dus à la diminution de la noradrénaline au niveau des terminaisons nerveuses. Une diminution de la stimulation du locus coeruleus, le principal noyau noradrénergique, situé dans le tronc cérébral, est la cause des effets sédatifs.
  • Le dexmedetomidine possède des effets antalgiques et anesthésiques/antalgiques. Les effets cardiovasculaires dépendent de la dose. A dose lente : il y a une diminution de la fréquence cardiaque et de la tension. A dose élevée, il y a un effet vasoconstricteur avec élévation de la TA, et une majoration de la bradycardie.
  • Utilisée seule, la dexmedetomidine n’a pas vraiment d’effet dépresseur du centre respiratoire.

Indications :

Sédation en unité de soins intensifs nécessitant un état de sédation pas plus profond que celui permettant une réponse à un stimulus verbale (score 0 à 3 sur l’échelle de RASS)

Contre-indications :

  • Hyper sensibilité
  • Bloc cardiaque avancé (niveau 2 ou 3) chez les patients sans pacemaker
  • Hypotension non contrôlée
  • Bradycardie prononcée
  • Pathologies cérébrovasculaires aiguës

Précautions :

  • Administration uniquement dans une unité de soins intensifs. Une surveillance cardiaque doit être mise en place. Attention aux patients bradycardes !
  • Surveillance respiratoire chez les patient non intubés.
  • Administrer en perfusion en continue car l’administration de bolus augmente les effets indésirables.
  • Ne doit pas être utilisé comme agent d’induction pour l’intubation
  • Dexdor ne provoque pas une sédation profonde, et les patients peuvent se réveiller aisément. Il ne doit donc pas être utilisé chez les patients nécessitant une sédation profonde continue.
  • Dexdor diminue la fréquence cardiaque et la pression artérielle par une action sympatholytique centrale, ne pas utiliser chez les patients en instabilité cardiovasculaire grave.
  • A haute dose, le dexdor provoque une vasoconstriction et donc une hypertension.
  • Les patients recevant du Dexdor sont alertes et réveillés lors de stimulation. Cet effet seul ne doit pas être considéré comme une preuve de manque d’efficacité en l’absence d’autres signes et symptômes.
  • Diminuer les doses en cas d’insuffisance hépatique sévère.
  • Attention, en cas de traumatisme cranio cérébrale et utilisation du Dexdor, le Dexdor peut diminuer le flux sanguin cérébral et la pression intracrânienne.
  • Le Dexdor potentialise l’effet d’autres médicaments anesthésiques, sédatifs, hypnotiques et opioïdes.

Effets indésirables :

  • Bradycardie (24% des cas) : elle peut entrainer occasionnellement un arrêt sinusal ou une pause. Les symptômes répondes à la surélévation des jambes et à l’atropine.
  • Hypotonie (22% des cas)
  • Tachycardie (15% des cas)
  • Hypertonie (12% des cas)

Dose :

  • Patient intubé : 0.2 à 1.4mcg/kg/h. Utiliser des doses plus fiables chez les patients instables hémodynamiquement.
  • Ne pas dépasser 1.4mcg/kg/h
  • Injection en bolus non recommandée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code