Le NIRS – Le Near InfraRed Spectroscopy

Objectifs du NIRS :

Il s’agit d’un monitoring continu non invasif. Il permet d’effectuer une mesure indirecte de l’activité cérébrale (si le capteur est placé au niveau du crane) (si le capteur est placé au niveau du crane), par spectrophotométrie : on mesure comment une onde lumineuse est absorbée par une substance.

Fonctionnement :

Le NIRS émet des lumières proches de l’infrarouge. Ces lumières sont plus ou moins absorbées par les tissus qu’elles traversent.

L’oxyhémoglobine, la désoxyhémoglobine, la bilirubine, absorbent les lumières émises :

  • La désoxyhémoglobine absorbe le rouge (650 à 750nm)
  • L’oxyhémoglobine absorbe l’infrarouge (900-1000nm)

La mélanine contenue dans la peau et les cheveux peuvent entraver l’absorption et donc fausser la mesure.

L’absorption de la lumière émise dépendra du tissus quelle traverse (s’il est riche en éléments absorbants cette lumière), de la longueur d’onde de la lumière, et de la distance parcourue.

L’appareil va comparer les ratios de désoxyhémoglobine et oxyhémoglobine mesurer, et va en déduire une valeur absolue de saturation (en pourcentage).

Nous n’avons donc pas une mesure qui cible le sang artériel, ou le tissu, ou le sang veineux, mais une mesure d’une saturation régionale en oxygène : rSO2. Elle est le reflet de la balance entre l’apport d’oxygène et la consommation du tissu mesuré. Donc la valeur changera en fonction du site mesuré. Cette valeur est donnée en temps réel.

Une seule source émet de la lumière, et deux détecteurs captent la lumière. Les deux sont plus ou moins espacés de la source de lumière, afin d’effectuer une mesure à une profondeur différente.

Les compartiments sanguins au niveau d’un tissus se répartissent ainsi : artériole : 25%, veineux : 70%, capillaire : 5%. Le compartiment veineux influe donc en grande partie la mesure. Raison pour laquelle, lorsqu’on capte au niveau cérébral, la valeur affichée se rapproche de la saturation en oxygène au niveau jugulaire. La valeur normale se situe normalement à 70% avec +/- 6%.

Interprétation :

Pour bien interpréter la valeur absolue d’une perfusion cérébrale, il convient de la comparer avec une valeur périphérique. Elles donnent deux tendances. Une chute de 20% de l’une des tendances, ou une valeur de base inférieure à 50%, doivent déboucher sur une intervention thérapeutique.

La saturation cérébrale en oxygène : la ScO2 :

Elle permet d’identifier l’adéquation du débit et le métabolisme au niveau cérébral. Ainsi, la ScO2 dépend :

  • De l’oxygénation du sang
  • Du taux d’hémoglobine
  • De la perfusion cérébrale (la PPC, pression de perfusion cérébrale, qui elle-même dépend de la PIC, TAM, et du transport de CO2).
  • Le métabolisme tissulaire

Pourquoi le NIRS ?

On met les patients sous NIRS dès qu’il y a un risque d‘ischémie, après un switch par exemple. Ou les enfants instables, avec des pathologies graves. Les patients sous ECMO y ont droit d’office.

En cas de modification de la valeur du NIRS, ont doit vérifier les autres paramètres :

  • La TAM
  • La paO2, la pCO2, la SvO2.
  • L’hématocrite
  • Si l’enfant est sous ECMO, on vérifie le positionnement des canules, et on observe le retour veineux.

A ne pas confondre :

rSO2 % ScO2 SpO2 SvO2
Type de mesure Non invasive Non invasive Invasive
Type de sang Artériel et veineux Artériel Veineux
Valeure Mesure la balance entre l’apport et la demande en O2 Mesure la provision artérielle en oxygène en périphérie

Oxygénation systémique

Mesure l’excédent d’O2 dans la circulation centrale.

Réserve d’oxygène systémique

Particularité Ne nécessite pas de flow pulsatile Nécessite un flow pulsatile Nécessite un flow

Utilisation de l’appareil :

Les électrodes doivent être choisie selon la taille de l’enfant (car son écartement en dépend).

On place les capteurs sur les sites que l’on souhaite mesurer. On doit utiliser un cache noir comme support pour éviter que la lumière extérieure ne parasite le capteur.

Le capteur se désinfecte à l’éthanol.

Réglage « 0 set » : on dit à la machine quelle est notre valeur de base. Pareil pour le « TOI set ». Dès qu’on introduit un changement sur notre patient (par exemple des amines), ça peut être bien de changer les valeurs de bases. Car ce sont sur ces valeurs que les armes vont sonner (+/- 10-20-30% de la valeur de base).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code