PIC : Pression intracrânienne

Raisons motivant la pose d’une PIC :

Une pression intracrânienne est posée lorsque :

  • Des signes d’œdèmes ou de compressions sont objectivés lors d’un CT scan
  • Une intervention chirurgicale agressive est prévue
  • Un score de Glasgow est inférieur à 8

Intérêt de la PIC :

La pression intracrânienne permet de :

  • Calculer les pressions de perfusion cérébrale
  • Adapter les traitements et la prise en charge du patient
  • Prendre en charge rapidement les épisodes aigus
  • Suivre l’évolution du patient, avec une mesure continue

Pour pouvoir interpréter la PIC, il convient de :

  • La régler correctement
  • Connaitre les valeurs normales
  • Connaitre les valeurs motivant une intervention
  • Interpréter des valeurs anormales ayant une signification clinique

Facteurs influençant la PIC :

  • L’âge : l’augmentation des pressions est plus rapide chez l’enfant
  • La taille de la boite crânienne
  • Les pressions intra thoraciques (la PVC conditionne le retour veineux)
  • Une compression des veines jugulaires
  • Facteurs nociceptifs : douleurs, agitation
  • Phases du cycle cardiaque

Monitoring de la PIC :

Dans une situation normale, on observe 3 pointes sur la PIC :

  • P1 : pointe de percussion : elle représente la pulsation artérielle
  • P2 : pointe de rebond : reflète la compliance[5] intracrânienne
  • P3 : pointe dicrote : représente la pulsation veineuse
  • Normalement, P1>P2>P3

Courbe pic 2.gif

  • La pression intracrânienne normale fluctue et comporte des augmentations transitoires

Il existe 3 types d’ondes (observées sur plusieurs minutes) :

Les ondes A, dites de plateau :

Elles représentent des augmentations transitoires, paroxystiques, et répétées, dont la durée est de 5 à 20min, et l’amplitude de 50 à 100mmHg. Elles peuvent indiquer qu’il se produit dans le volume intracrânien des changements qui commencent à entraver l’irrigation cérébrale. L’augmentation de la fréquence et de l’amplitude des ondes A permet de dépister l’ischémie et les lésions cérébrales avant même que les signes d’hypertension intracrânienne ne se manifestent :

  • Durée : 2 à 20min
  • Causes : baisse de la TAM ou de la PPC : risque d’ischémie
    • Vasodilatation avec une mauvaise compliance = augmentation de la PIC
    • Indique une perte de la capacité de compensation
  • La pointe des ondes atteints 30-70mmHg
  • PIC basale>20mmHg
  • La montée de la PIC est dangereuse

Les ondes B :

Elles sont de plus courte durée que les ondes A (30secondes à 2min) et leur amplitude est moins forte (moins de 50mmHg). Elles ont également moins d’importances sur le plan clinique. Toutefois, si elles apparaissent en série chez la personne dont l’état de conscience est altéré, elles peuvent annoncer l’arrivée d’ondes A. On observe les ondes B chez les personnes atteintes d’hypertension intracrânienne ou d’une diminution de la compliance intracrânienne.

  • Durée : durent 50s, surviennent toutes les 30s à 2min
  • La pointe des ondes peut atteindre 70mmHg, avec un aspect en dent de scie (grande variation, de 5 à 70mmHg par exemple), mais les valeurs élevées sont non soutenues
  • Cause : témoigne de la baisse de capacité de compensation
  • Précède souvent les ondes A
  • Parfois associé à des troubles ventilatoires

Les ondes C :

Ce sont de petites oscillations rythmiques d’une fréquence approximative de 6 par minutes. Il semble qu’elles soient reliées aux variations rythmiques de la pression artérielle générale et de la respiration.

  • Durée : petites ondes rythmiques survenant toutes les 4 à 8min
  • Fluctuation de la respiration et de la pression artérielle
  • Pas de signification clinique

C:\Users\LeBru\AppData\Local\Microsoft\Windows\INetCacheContent.Word\25.10.2016 22-56 Office Lens (5).jpg

Calcul de la PPC :

Pour calculer la pression de perfusion cérébrale, on doit absolument avoir une artère. On fixe dessus deux têtes de pressions :

  • Une est placée au niveau du cœur. Elle permet d’obtenir la pression artérielle, on la nomme PA.
  • Une est placée au niveau du trou de Monro. On la nomme ART. Elle est importante, car permet de connaitre la pression au niveau des artères cérébrales.
  • La PPC est calculée en réalisant : ART-PIC
  1. Sujet figé, inerte, voir perte de connaissance
  2. Reflexe de Cushing : Respiration irrégulière, bradycardie, hypertension artérielle systolique. C’est un signe de vascularisation du cerveau insuffisante ! (danger)
  3. Ethomidate : il diminue la synthèse du cortisol de façon réversible, mais provoque une insuffisance surrénalienne temporaire (choc hypovolémique, douleurs diffuses, signes digestifs, hyperkaliémie, hyponatrémie).
  4. Train-of-four : technique pour apprécier la curarisation
  5. Capacité de l’espace intracrânien à compenser les volumes de ses constituants pour protéger la fonction de l’encéphale en jeu des espaces de réserve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code